Rechercher
  • Jacques Uberti

Un service civique en Roumanie? Je dis oui!


Je m’appelle Vincent, je viens de la ville de Dijon, j’ai bientôt 23 ans et j’avais 21 ans quand je suis parti en Roumanie pour une mission de service civique en octobre 2016.

Avant cela, j’ai été diplômé d’un Bac professionnel en service à la personne puis j'ai effectué un 1ère année de BTS en économie sociale et familiale. Enfin j’ai travaillé en France presque 1 an en tant qu' aide à domicile.


Pourquoi as-tu choisi de faire en service civique en Roumanie ?

Après mes études, j’ai eu l’idée de faire un service civique. Cluj Napoca et la Ville de Dijon ont une coopération depuis 1965, et la ville de Dijon est en partenariat avec l’association Leo Lagrange qui envoie des jeunes en service civique, notamment à l’étranger. J’étais déjà allé en Roumanie en 2013 pour un échange lycéen et je voulais y retourner. Puis j’ai vu une annonce pour un service civique en Roumanie sur le site de la ville de Dijon et l’association m’a aidé à partir. J’ai fait une préparation au départ (en France) puis je suis arrivé en Roumanie.

Sur place j’ai travaillé en lien avec la mairie de Cluj Napoca et ses partenaires (l’UMFCV, l’Institut Français de Cluj, le jardin public de la ville…etc)

Quelles ont été vos missions sur place ?

Ma mission principale portait sur la biodiversité et l’environnement. Nous avons eu l’idée, avec mon collègue Maxime - en service civique lui aussi-, la mairie et mon tuteur, de faire construire un monument en l’honneur de la coopération décentralisée entre la ville de Dijon et celle de Cluj.

Une plaque entourée d’un jardin à la française ont été créés dans ce cadre.

Lors de ma mission, j’ai également participé à certains grands évènements en lien avec l’Institut français, comme la rencontre des journées européennes, le Transylvania International film Festival, la journée des métiers ou encore le 14 juillet (fêté le 12 à Cluj).

Ou est-ce que vous viviez ?

Nous étions deux jeunes en service civique et nous avions chacun un petit appartement situé dans une résidence étudiante. C’est la mairie de Cluj Napoca et celle de Dijon qui finançaient le logement. Moi j’avais une indemnisation de 500 euros de la part de l’État français pour ma mission.

Quel a été votre ressentis en arrivant en Roumanie ?

Au départ comme tout jeune, j’avais une appréhension par rapport au fait de devoir me débrouiller seul dans la vie de tous les jours, surtout que c’était ma première expérience et d’indépendance. Heureusement, en Roumanie, les gens ont été très accueillants avec moi, je suis allé par exemple à un festival au nord du pays et on m’a offert pleins de produits locaux !

Merci Vincent!


61 vues

Institut français de Roumanie 

77 boulevard Dacia, 020051 Bucarest, Roumanie

© 2017

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now